Les différents types de labels environnementaux

Dans le contexte actuel de prise de conscience écologique, de plus en plus d’entreprises cherchent à réduire leur impact sur l’environnement. Les consommateurs souhaitent également

les différents types de labels environnementaux

Dans le contexte actuel de prise de conscience écologique, de plus en plus d’entreprises cherchent à réduire leur impact sur l’environnement. Les consommateurs souhaitent également se tourner vers des produits respectueux de la planète et des personnes qui les fabriquent. C’est dans ce cadre que les labels environnementaux ou les lables verts sont apparus. Ils permettent de mettre en avant des entreprises engagées, ainsi que leurs efforts pour s’inscrire dans une démarche écoresponsable. Dans cet article, nous allons vous détailler les différents types de labels environnementaux, tout particulièrement ceux concernant les vêtements, afin de vous donner une vue d’ensemble.

Qu’est-ce qu’un label environnemental ?

Un label environnemental est un système de reconnaissance officiel certifiant qu’un produit ou un service répond à des normes précises en matière de qualité environnementale. Il peut être attribué par des organismes indépendants, établissements publics ou associations spécialisées. Le label est généralement représenté par un logo apposé sur les produits, pour aider les consommateurs à identifier rapidement les choix bio et durables.

Autodéclaration versus labels officiels

Il convient de distinguer les labels officiels des autodéclarations des entreprises. Certaines marques peuvent en effet mettre en avant leur engagement environnemental sans posséder de label officiel. Cependant, ces autodéclarations ne présentent pas toujours les mêmes garanties en termes d’évaluation indépendante et de fiabilité, c’est pourquoi il est important de se référer aux labels reconnus.

Les Labels officiels

Ces labels sont attribués par des organismes publics ou semi-publics, garantissant le respect de critères environnementaux stricts et précis. Ils engagent donc leur image et leur crédibilité sur la véracité des engagements des entreprises labellisées.

Écolabel européen

Logo de l'Ecolabel européen avec une couleur bleu et vert.

L’Ecolabel européen est un label écologique volontaire créé en 1992 par la Commission européenne. Il couvre une large gamme de produits, allant des détergents jusqu’aux vêtements. L’objectif principal du label est de promouvoir et faciliter la vente de produits ayant un moindre impact sur l’environnement et respectant des exigences sociales minimales telles que la non-utilisation de travail forcé et d’enfants.

NF Environnement

Il s’agit du pendant français de l’Écolabel européen, certifié par l’AFNOR (Association Française de Normatisation). Le NF Environnement vise principalement les produits de consommation courante (produits cosmétiques, produits de l’agriculture…) et garantit leur impact environnemental réduit tout au long de leur cycle de vie.

Les Labels privés

Ces labels répondent à des critères établis par des entreprises ou des organisations non gouvernementales (ONG). Ils se différencient par leur contrôle interne et leurs propres méthodes d’évaluation, qui peuvent être plus stricts que ceux des labels officiels.

Global Organic Textile Standard (GOTS)

Logo du label GOTS avec une blouse de couleur blanche dans un cercle de couleur vert.

Le GOTS est un label international développé par différentes associations écologiques. Il atteste que les textiles sont fabriqués à partir de fibres biologiques et respectent des critères environnementaux à chaque étape de la production. De plus, il intègre également des exigences sociales telles que le respect des droits du travail.

Oeko-Tex® Standard 100

Créé en 1992, le label Oeko-Tex® Standard 100 certifie l’absence de substances nocives pour la santé dans les textiles. Il s’agit d’une certification tiers qui couvre presque tous les types de textiles, incluant les vêtements, les jouets ou encore la literie. Les contrôles sont réalisés selon une liste de plus de 100 substances dangereuses et plusieurs centaines de résidus nocifs.

A lire également: Qu’est-ce que le coton Oeko-Tex?

Fair Wear Foundation

La certification Fair Wear Foundation atteste du respect des droits des travailleurs dans la chaîne de production des vêtements, en tenant compte de l’égalité des sexes, des salaires, des contrats et des horaires de travail, entre autres.

PETA-Approved Vegan

Ce logo est accordé par l’association PETA (People for the Ethical Treatment of Animals) et certifie que le produit ne contient aucune matière d’origine animale, y compris le cuir, la fourrure ou la soie.

Les autres labels privés populaires

  • Fairtrade – Max Havelaar : Ce label garantit un commerce équitable entre les producteurs du Sud et les acheteurs du Nord, avec un prix minimum et une prime de développement.
  • FOREST STEWARDSHIP COUNCIL (FSC) : Certifie les entreprises respectueuses de la gestion durable des forêts, du soin apporté à la biodiversité et aux populations locales avec le label PEFC.
  • MARINE STEWARDSHIP COUNCIL (MSC) : Label international accordé aux produits issus de pêcheries durables et responsables en matière d’environnement.

Les labels autodéclaratifs

La dernière catégorie concerne les labels autodéclaratifs, qui sont décernés par les entreprises elles-mêmes, sans recours à des organismes certificateurs. Cette pratique comporte des risques en termes de crédibilité et de sérieux, car l’entreprise peut être tentée de minimiser ses impacts négatifs sur l’environnement et de mettre en avant des actions écoresponsables mineures pour se donner une bonne image vis-à-vis des consommateurs.

ISO 14001 – Systèmes de management environnemental

Le logo de la norme ISO 14001 de couleur vert.

L’ISO 14001 est une norme internationale de management environnemental mise en place par l’Organisation Internationale de Normalisation (ISO). Elle permet aux entreprises volontaires de se doter d’un système de management environnemental (SME) afin de maîtriser leur impact sur l’environnement et s’assurer qu’elles respectent leurs obligations légales. Toutefois, cette certification ne garantit pas que les produits ou services de l’entreprise sont meilleurs pour l’environnement que ceux de la concurrence.

Logos d’entreprises et engagements environnementaux

Il est assez courant pour les entreprises d’apposer leur propre logo sur leurs produits et les emballages avec une mention écologique ou de développement durable. Si certaines s’appuient sur des référentiels reconnus, d’autres élaborent elles-mêmes leur système d’évaluation et de vérification. Dans ces cas-là, il existe un risque de “greenwashing” : choisir une entreprise aux valeurs écoresponsables ne signifie pas forcément consommer responsable si le label n’est pas vérifié par une autorité tierce indépendante.

Comment choisir un label environnemental ?

Pour les consommateurs, il peut être difficile de s’y retrouver parmi tous ces labels et logos. Voici quelques critères à prendre en compte pour faire un choix éclairé :

  • La pertinence du label par rapport à vos préoccupations : selon vos priorités, vous pouvez vous intéresser davantage à certains labels. Par exemple, si vous souhaitez soutenir une production locale, un label régional pourra être pertinent.
  • L’indépendance et la crédibilité de l’organisme attributaire : renseignez-vous sur la réputation et la transparence des procédures d’évaluation menées par ceux qui délivrent les labels.
  • La proportion de produits labellisés au sein de la gamme : certaines marques peuvent utiliser un label comme argument marketing sans pour autant généraliser leurs bonnes pratiques à l’ensemble de leur offre.

Exemple de label local

Parmi les labels régionaux existants, on peut citer “Origine France Garantie”, qui assure que le produit a été fabriqué en France selon des critères de qualité stricts. Pour les consommateurs souhaitant privilégier les circuits courts et minimiser l’empreinte carbone liée au transport, ce label peut représenter un atout.

Les limites des labels environnementaux

Malgré leurs nombreux avantages, les labels environnementaux ont également certaines limites. Par exemple : Ils peuvent engendrer des coûts supplémentaires pour les entreprises qui souhaitent se faire certifier, ce qui peut constituer un frein à leur développement.

Les critères d’attribution varient d’un label à l’autre et peuvent parfois être perçus comme insuffisants ou peu transparents.

La multiplication des labels peut créer une certaine confusion chez les consommateurs et rendre difficile la comparaison entre différentes marques et produits.

Néanmoins, il reste essentiel de soutenir les initiatives visant à promouvoir une mode plus durable et éthique. Les labels environnementaux constituent un outil précieux pour guider les consommateurs vers des choix responsables et encourager les entreprises à poursuivre dans cette voie.

Les différents types de labels environnementaux : en résumé

Le paysage des labels environnementaux est complexe et varié, notamment en ce qui concerne les vêtements et autres articles textiles. Il est essentiel pour les consommateurs d’avoir une connaissance minimale des différents types de labels et de leurs exigences afin de faire des choix éclairés lorsqu’ils consomment. Malheureusement, il n’existe pas à l’heure actuelle une base de données centralisée et exhaustive permettant de comparer facilement les performances environnementales des entreprises labellisées.

Nos derniers articles

Panier
Retour en haut

Inscrivez-vous à notre newsletter

→  C’est promis on ne vous spammera pas !